La Propagation De L'escroquerie Au Prêt

Depuis l'éclosion du prêt entre particuliers dans l'hexagone, un ingénieux schéma d'arnaque s'est développé sur le net à travers les forums 2.0 et sur les messageries électroniques : de fausses annonces de crédits en ligne délivrés en un rien de temps, sans aucun apport, zéro garanties et par des personnes qui disent être des investisseurs en recherche de placements. Nous parlons ici d'une tromperie, mais le déluge de messages sur pages permet de visualiser la gravité de la situation. Conséquence: un certain nombre de particuliers se sont fait avoir du fait de cette arnaque.

Comment procèdent-ils ?

Laisser croire à une promesse d'argent rapide

L'arnaque au crédit est présentée sous la forme d'un script plus ou moins crédible. Pour l'escroc, il s'agit là d'une étape essentielle car il sait que la réussite de son coup est en grande partie conditionnée par la crédibilité de son histoire. Pour attirer le plus grand nombre de personnes possibles, il fait écrire et publie une annonce sur des sites à forte fréquentation tels que Facebook ou Twitter. Certaines pages populaires Ne pas tomber dans le pičge des arnaques au faux pręt rapide contrôlent pas les pages de commentaires accessibles par tout le monde, ce qui en fait un lieu privilégié des arnaqueurs.

Concrètement, l'escroc s'affiche comme une personne qui dispose d'un magot qu'elle souhaite faire fructifier par l'octroi de crédits avec un taux très compétitif. Souvent, il prend l'identité d'un retraité désirant sortir du système bancaire traditionnel afin de transmettre l'image d'une personne philanthropique qui aspire à faire évoluer positivement la société. Cette stratégie suit une logique bien précise : profiter de la détresse financière des gens faibles en tentant de leur expliquer qu'un emprunt est toujours possible, même sans conditions de ressources. Il propose de leur accorder un emprunt, même s'ils sont déjà endettés. Une fois le dossier accepté, notre escroc promet le virement de l'argent en quelques jours avec des échéances pouvant monter jusqu'à plusieurs dizaines d'années.
Bien qu'il puisse sembler clair pour la plupart des lecteurs que des propositions de ce type sont inconcevables, il est à noter cependant que des personnes faisant face à des problèmes financiers peuvent se laisser berner à cause de cette illusion d'argent rapide qui les attire.

Envoyer des signes de confiance et de sérieux

Sur internet, n'importe qui est capable d'inventer une identité avec plus ou moins d'imagination. C'est de cette façon qu'agissent les escrocs au crédit qui créent intégralement un personnage fictif qui viendra appuyer leur histoire. En premier lieu, ils s'efforcent à donner un état-civil qui sonne français à leur personnage. Pas d'utilisation donc de prénoms étrangers qui auraient tendance à faire fuir les plus sceptiques. Il faut que la victime ait le sentiment que l'investisseur vit aux alentours. Dans un scénario bien orchestré, notre faux prêteur peut se transformer en une personne avec un âge avancé ou jeune retraitée. Certains iront jusqu'à réclamer les fiches de salaire à la future victime, d'autres lui demandent de donner des réponses à un questionnaire sur sa vie professionnelle. Pour augmenter un peu sa crédibilité, l'escroc n'hésitera pas à créer un grand nombre de faux profils avec lesquels il publiera de fausses recommandations dont le but sera de faire l'éloge de l'offre.

Valider chacune des demandes

Une fois que la victime est persuadée du sérieux de l'opération, l'escroc peut enfin passer aux choses sérieuses. Il explique qu'il approuve son dossier de de prêt, mais exige le règlement de frais divers par mandat avant de valider définitivement la procédure. Ces frais peuvent représenter plusieurs centaines d'euros et servent à compenser le temps passé par le faux prêteur à traiter son dossier. Les frais sont, d'après lui, obligatoires pour débloquer le crédit. En cas de paiement, le faux prêteur lui ordonnera ensuite de régler une cotisation obligatoire d'assurance de prêt. Sauf que, la victime ne verra jamais son crédit arriver et le faux prêteur récupérera l'argent avant de disparaître de la circulation.


De quelle façon se prémunir contre ces escroqueries ?

Tout le monde en France n'a pas l'habilitation pour accorder un emprunt et le crédit entre particuliers reste un secteur réglementé. Si une personne ou une organisation fait de la vente de services financiers en ligne, ce site est dans l'obligation d'afficher ses informations légales et ses conditions générales. Pour être habilité en tant que d'établissement de crédit, un organisme doit être en possession d'un agrément de l'ACPR et d'une immatriculation au registre de l'ORIAS. Chaque site de crédit entre particuliers doit nécessairement afficher ces autorisations, dans le cas contraire, il s'agit clairement d'une escroquerie.

De plus, il ne faut pas ignorer que les délais d'obtention d'un emprunt ne sont pas aussi rapides et qu'il faut (environ) quinze jours avant de recevoir les fonds sur son compte. Même si un particulier était en possession de capital à placer de cette manière, il ferait une profonde et sérieuse analyse de toutes les demandes avant de sélectionner les plus solides.
En tout état de cause, un prêteur n'accorderait en rien un quelconque crédit (immobilier, personnel ou à la consommation) à un demandeur fiché à la Banque de France concernant des impayés.

La Propagation De L'escroquerie Au Prêt